1 personne sur 3 quitte ou perd son emploi après un diagnostic de cancer

Après s’être battues contre la maladie, les personnes atteintes d’un cancer doivent souvent entrer dans un nouveau combat : celui de retrouver leur place dans la vie active. Si plusieurs dispositifs contribuent à les accompagner dans leur retour à l’emploi, des freins subsistent.

Je peux moi-même témoigner de ce défi, les deux cancers que j’ai eu s’étant soldés par un retour au travail raté…

https://www.ligue-cancer.net/vivre/article/27761_le-retour-lemploi-apres-un-cancer-un-combat

www.plusfouquecatumeur.ca

 

Les recherches en ligne à propos du cancer suscitent confusion et inquiétude chez les Canadiens

Capture d’écran 2016-01-21 à 22.03.29

Pour ma part, lors de mon diagnostic de cancer cérébral, j’ai préféré ne pas rien lire sur le sujet. Et une chance, car j’aurais alors appris que l’espérance de vie était de 14 mois!! Parfait pour enlever l’ingrédient essentiel à la guérison: l’espoir!

 

Les recherches en ligne à propos du cancer suscitent confusion et inquiétude chez les Canadiens

 

 

Capture d’écran 2016-01-09 à 13.35.01

Les femmes, plus « tough » que les hommes ?

Les femmes sont elles plus tough que les hommes ou ont-elle simplement plus de difficulté à lâcher prise ?

Il est vrai – et j’en suis l’exemple vivant – que lorsqu’on a de jeunes enfants, on ne se laisse pas arrêter par la maladie car, bien malgré nous, la vie continue. Il y a l’école, le soccer, le hockey, la danse, les lunchs à faire, les lifts à donner, les profs à rencontrer, les bottes d’hiver à acheter, les repas à préparer….alouette!

Certaines ont à leurs côtés, un homme merveilleux qui les aide avec les tâches. D’autres doivent y voir toutes seules. Mais, même pour celles qui peuvent compter sur leur conjoint, avouez que c’est difficile d’arrêter de s’occuper de notre progéniture pour prendre soin de nous. Je pense que nous avons toutes  une p’tite Germaine en nous qui nous empêche de fermer boutique et de se fier complètement à l’homme qui partage notre vie pour voir aux détails de la vie quotidienne.

Ou peut-être  cela est-il essentiel à notre survie ?

Se sentir utile et en contrôle alors que la maladie nous entraîne dans des lieux inconnus où nous n’avons plus prise sur rien est peut-être le secret pour ne pas perdre pied.

Chose certaine, la vie quotidienne qui suit son cours est une bonne chose. Elle nous permet de garder une certaine normalité et un ancrage alors que nous sommes en pleine tempête.

Véronique